Archives 2009

FAMILLES, SYSTÈMES ET DÉPENDANCES

Gisèle BASTRENTA, Daniel BAILLY, Yveline REY et Thomas SCHWAB 

Retour au menu actualité

RETOUR AU MENU: cliquez sur l'image ci-dessus

SAMEDI 17 OCTOBRE 2009

Gisèle BASTRENTA

Les dépendances : changements de cap !

Psychologue clinicienne et psychanalyste, elle exerce au Centre d'accueil et de soins pour toxicomanes du Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble (service de toxicomanie et toxicologie).

Auteur de "Face au haschich en collège et en lycée, Comprendre, repérer, agir" CRDP de Grenoble - 2005.


La clinique contemporaine nous enseigne autour de l’interdépendance entre les Idéaux sociaux, les structures familiales et les structures mentales :
  • Quelles fonctions peuvent prendre les dépendances à des « objets » réels dans l’économie psychique ?
  • Comment engager les suivis pour un éventuel changement de cap ?
 

Docteur Daniel BAILLY

Et si les problèmes d’alcool et de drogues chez les adolescents n’avaient pas grand-chose à voir avec l’alcool et les drogues ?

Daniel Bailly est pédopsychiatre, professeur de psychiatrie à l’Université d’Aix-Marseille.
Auteur entre autres ouvrages de : «Alcool, drogues chez les jeunes : agissons», Paris, Odile Jacob, 2009
et «La peur de la séparation. De l’enfance à l’âge adulte», Paris, Odile Jacob, 2005.

De nos jours, la plupart des adolescents font l’expérience du tabac, de l’alcool, du cannabis ou d’autres produits. Comparativement, très peu d’entre eux vont développer un abus ou une dépendance. Plus, des études ont montré que les «abstinents », c’est-à-dire ceux qui n’ont jamais fait l’expérience de l’alcool ou des drogues, sont des adolescents en souffrance, présentant d’importantes difficultés d’intégration et d’adaptation sociale.
Ces données montrent bien que ce n’est pas «l’alcool qui fait l’alcoolique», ni «la drogue qui fait le toxicomane». L’abus et la dépendance chez l’adolescent ne se développent pas de manière inopinée, comme une épidémie. Ils s’inscrivent toujours dans un contexte individuel, familial et /ou social où l’on peut craindre en même temps d’autres comportements à problèmes.


Thomas SCHWAB

Entre le noir et le blanc… la couleur :

La co-création entre individu, famille et thérapeute pour sortir de la dépendance

Psychologue clinicien, thérapeute familial, psychothérapeute et formateur en interventions systémiques à IPEC-FORMATION de Forcalquier, il exerce au Centre de Ressources et d'Accompagnement des Familles (CRAF) du Conseil Général des Hautes Alpes, à l' Association Nationale de Prévention de l'Alcoolisme et des Addictions (Comité 04) et dans l'Intersecteur départemental d'Alcoologie et de Toxico-dépendance du Centre Hospitalier de Digne.

Les conduites addictives (dépendance à un produit ou un comportement) sont des pathologies relationnelles complexes. Quelle est leur fonction et comment participent-elles à la création d’un équilibre individuel et familial ? Comment sortir de la dépendance ? Abstinence ? ou autonomie ? Deux niveaux logiques différents. Des exemples de notre pratique clinique viendront illustrer ces propos et permettront aussi d’enrichir des questions méthodologiques.